Fantastique / Fantasy, Jeunesse, Roman

Caraval T.1., Stephanie GARBER

Caraval de Stephanie GARBER

Scarlett a toujours rêvé de Caraval, de sa troupe de comédiens et de son charismatique leader, Légende. Par dessus tout, elle voudrait y conduire sa sœur, Donatella, et s’offrir un moment d’évasion, loin de leur solitude quotidienne et de la violence de leur père. À Caraval, c’est la magie qui prédomine et ce jeu, qui reste un mystère pour beaucoup, semble être la solution à ses problèmes.

Alors le jour où Scarlett reçoit son invitation pour participer à la prochaine session, son cœur s’emballe. Mais une fois à terre, rien n’est comme elle l’imaginait. Accompagnée d’un jeune homme dont elle ne sait rien, elle va devoir s’affirmer pour déjouer les pièges de ce jeu grandeur nature.

♦ ♦ ♦

Complètement sous le charme de la couverture de Caraval, je me suis emparée de cette lecture dans l’espoir – très vif – d’y déceler un coup de cœur. Peut-être un peu trop d’ailleurs. Au final, je suis mitigée. À la fois séduite par une lecture agréable et déçue par une auteure qui a manqué de rigueur.

Un roman tout en contradiction

L’univers…

Scarlett « voit les émotions en couleurs ». En voilà une idée intéressante. Elle donne surtout lieu à de jolis jeux de mots et d’esprit. Dans Caraval, les sens s’entremêlent : les émotions ont des couleurs, les instants ont des parfums, etc. C’était un vrai bonheur à lire – merci à l’auteur… et à son traducteur ? – et j’ai trouvé que ça participait plutôt bien à la mise en place de l’univers. En seulement quelques lignes, je me suis retrouvée dans un monde à la frontière du Magicien d’Oz et de la Venise du XVIIIème siècle.

…au détriment de l’intrigue

Alors que l’auteure avait réussi à m’emmener bien loin de mon quotidien et de ma petite vie, j’ai bien vite compris que l’histoire, elle, manquait un peu de profondeur. Au-delà de quelques incohérences innocentes, j’ai surtout eu le sentiment d’être totalement perdue par moment. C’est une sensation très étrange en fait, assez difficile à expliquer tout du moins. Scarlett, le personnage central, est dans la confusion pendant une grande partie du récit. Et le lecteur aussi. Les règles et les limites du jeu sont parfois floues, les rebondissements (pourtant bons !) tombent comme un cheveu sur la soupe, les évènements ont du mal à se relier solidement les uns les autres.

Je ne vais pas dire que cela m’a dérangée, ce serait mentir. Mais il faut être objectif : ces défauts expliquent sûrement ma déception, mon incapacité à considérer ce roman comme un chef d’oeuvre. Je vous parlais il y a peu de La Passe-miroir (tome 1 ou 2), qui pour moi est une réussite tant sur la création d’un monde à part que d’une histoire haletante qui tient la route. Ici, je reste sur ma faim.

Parlons un peu de Scarlett

Des traits poussés un peu trop à l’extrême

Depuis quelques jours, je flâne sur quelques blogs pour lire les critiques et comparer les avis. Et ce qui met tout le monde d’accord, c’est Scarlett. Enfin “d’accord” est un bien grand mot. Naïve, craintive, peu sûr d’elle, fade, elle peine très franchement à séduire.

Comme je vous le disais, Caraval est construit comme un miroir. Ce que Scarlett craint, sa soeur le provoque. Le résultat ? Des personnages qui sont soit blancs soit noirs, sans aucune nuance. Des stéréotypes. Et souvent… des têtes à claques.

Le passage de fille à femme

Encore une fois, vous allez penser que j’essaie de rattraper le coup. Mais en vérité, j’essaie juste de comprendre ce qu’a voulu exprimer Stephanie GARBER. Derrière ses maladresses, je vois en fait un parcours initiatique, celui d’une jeune fille sans repères en passe de devenir une femme. Tout y est, le manque de confiance – sentiment renforcé par le comportement violent de son père -, le manque d’assurance, etc.

Il ne faut pas oublier que Caraval est un roman destiné à la jeunesse et je pense que c’est avec des yeux de “pré-adulte” qu’il faut le lire. Laissez tomber vos a priori, oubliez vos expériences de lecture passées, tirez même un trait sur votre propre histoire : il vous faut être encore un peu loin de certaines réalités. Peut-être comprendrez vous mieux les premiers émois de Scarlett qui trouve l’amour, de son changement vers la maturité et j’en passe.

En bref

Je me rends compte que j’ai mis pas mal de temps à construire cet article tant j’avais besoin d’exprimer ma satisfaction et mes déceptions sans pour autant descendre ce livre. Alors pardonnez-moi pour cette critique interminable !

Trop de facilités

J’essaie par tous les moyens de trouver du positif. Parce qu’il y en a ! Le seul problème, c’est que les qualités sont un peu vite effacées par les raccourcis et les maladresses de l’écriture.

Le plus marquant, c’est la fin. Alors que le récit souffre parfois de lenteurs, le final m’a paru complètement bâclé. Une fois le jeu terminé – et alors que tout le roman se nourrit de secrets et de mystères -, l’auteure choisit de tout déballer sans ménagement et sans reprendre son souffle. C’est soudain, brutal et surtout impersonnel.

Je ne peux malheureusement vous en révéler davantage, et j’espère que vous comprendrez mon sentiment quand vous aurez vous même fait l’expérience de cette lecture, mais j’ai d’autant plus été déçue des facilités utilisées par Stephanie GARBER pour ses dernières pages. Sous couvert de créer de grandes retrouvailles, elle en a un peu oublié la crédibilité de son histoire. La magie ne fait pourtant pas tout.

Un dernier suspens avant de partir

Mais le pire dans tout ça, c’est que j’ai terriblement envie de découvrir la suite. Pourquoi ? Et bien, parce que malgré toutes les maladresses de l’écriture, je me suis tout de même laissée embarquée par cet univers haut en couleurs mais aussi par son épilogue qui vous laisse sur un suspense à couper le souffle. C’est malin, bien placé et surtout, ça attise la curiosité. Vivement 2018 donc !

 


Caraval, Stephanie GARBER
Aux Éditions Bayard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s