The Language of thorns, Leigh BARDUGO

The Language of thorns, Leigh Bardugo

Une touche de conte de fées, un soupçon d’héroïsme et un bonne dose de merveilleux et vous obtenez six contes magiques et mystérieux. Entre parcours initiatique et mythes, ces petites histoires vous emmènent sur les terres lointaines des Fjerdans, des Ravkans et autres Zemenis.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Le retour de la lecture VO

En préambule…

Non, vous ne rêvez pas ! J’ai lu en anglaisyes my dear ! Mieux vaut tard que jamais pensez-vous ? En fait, il faut que je vous avoue, je n’en suis pas à mon coup d’essai. Plus jeune, je m’étais déjà essayée à lecture en VO. Le tome 7 d’Harry Potter d’abord (oui, oui, je voulais connaître la fin avant tout le monde), puis Orgueil et Préjugés de J. AUSTEN (une vraie dingue) et aussi quelques romans de Ian McEwan. Mais voilà, par manque de temps et d’envie, j’ai baissé les bras et n’ai plus lu que des traductions (pas toujours terrible en plus).

Enfin ça, c’était avant l’arrivée de Mrs BARDUGO dans ma vie. Déjà sous le charme de ses Six of crows, j’ai redécouvert le plaisir des lectures avides. Celles qui font que vous voulez tout connaître d’un livre dès sa parution, même si sa langue originelle est anglaise.

Lire la suite

Publicités

Hôtel Receptor, Raia DEL VECCHIO

Couverture Hôtel Receptor

En grimpant dans le train qui aurait dû l’amener à Clairbois, Igor ne s’attendait certainement pas à vivre la plus grande aventure de toute sa vie. C’est pourtant bien ce qui va lui arriver lorsque, par manque d’attention, il finit par rater plusieurs correspondances.

Désormais installé à l’Hôtel Receptor au titre d’employé, il va se fondre dans cette population bien surprenante. Arrivera-t-il à retourner chez lui ? Le voudra-t-il seulement ?

♦ ♦ ♦

Sélectionnée lors de la dernière Masse Critique de Babelio, j’ai eu la chance de recevoir ce roman ! Un grand merci donc à Babelio et aux Éditions Phébus de m’avoir offert l’opportunité de découvrir ce récit haut en couleur !

Avec sa couverture en relief et délicate, ce roman a un style bien à lui, c’est certain. Comment le définir ? La tâche n’est pas facile. Les seuls mots qui me viennent à l’esprit sont … loufoque, burlesque, original, farfelu. N’y voyez là aucune critique, en fait, c’est dans ce style bien à part que ce roman puise sa force.

Lire la suite

La Symphonie du temps qui passe – Mattia SIGNORINI

La Symphonie du temps qui passe, M. Signorini

L’histoire de Green Talbot commence dans une petite ville un peu trop morne d’Angleterre, Tranquillity. Cette terre oubliée de Dieu est devenue trop triste pour Green Talbot qui rêve de découvrir le monde et ses merveilles.

À la disparition de ceux qu’il aime, le jeune garçon décide de quitter le village qui l’a vu naître. Au fil de ses rencontres, toutes plus originales les unes que les autres, Green va dessiner un portrait de plus en plus net de la nature humaine.

Entre terre et mer, le voyage de Green va le faire traverser deux continents, plusieurs pays d’Europe à bord d’une montgolfière, lui faire rencontrer l’amour et la guerre ainsi que le faire assister aux grands bouleversements du XXème siècle. D’émotions en aventures, ce parcours initiatique à travers le temps et l’espace transformera ce jeune garçon… en homme.

♦ ♦ ♦ 

Pour chaque chose que nous choisissons, nous en perdons une infinité d’autres

« Green Talbot ». Avec un nom pareil, difficile de ne pas penser aux personnages farfelus et fantastiques de Tim Burton. Si vous vous souvenez – et aimez – Big Fish, vous comprendrez de quoi je parle. Mais surtout, avec un résumé pareil, impossible de ne pas se passionner de la vie tumultueuse de Green Talbot.

Lire la suite